Connectés

Compteur de visiteurs en temps réel -

Compteur BSBC

Calendrier

mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Qui succédera à Lavaud ? - Sud Ouest du 12 mars 2011

mars 15th, 2011 by bsbc

Pas moins de huit candidats briguent un siège disputé. À gauche comme à droite.

angouleme.jpg

Le centre-ville, vue du sommet de la mairie, au cœur d’Angoulême-Ouest. Photo sébastien coulombel

Philippe Lavaud l’avait promis. Il a tenu parole. Le maire d’Angoulême et président de l’Agglomération abandonne son mandat de conseiller général. Au sein de l’équipe Boutant, il est le seul à abandonner son siège et sa succession n’a pas été bien préparée. À gauche, ce départ a suscité des chamailleries inutiles. À droite, elle a aiguisé les envies. Au total, pas moins de huit candidats sont en lice. Quatre à gauche. Autant à droite. Un record.

1 Une occasion ratée à gauche

Revenons un instant sur les négociations entre les partenaires de gauche. À l’automne, tout plaidait pour un accord de premier tour entre la majorité sortante, la fédération départementale du Parti socialiste et Les Verts. Guère menacée en Charente, l’équipe Boutant aurait pu céder le canton emblématique d’Angoulême-Ouest aux écologistes. Forts de bons résultats aux européennes et aux régionales, ces derniers avaient ici toutes leurs chances (nous écrivons avaient, car la partie sera bigrement plus compliquée pour eux). Les socialistes, de leur côté, n’aurait perdu ni de leur poids ni de leur aura. Bref, chaque famille aurait retrouvé ses petits, ce qui aurait évité bien des bisbilles.

Las ! Les Verts ont perdu un temps fou dans leur mariage avec Europe Écologie et ne se sont pas manifestés à temps. Les socialistes, de leur côté, ont sans doute fait preuve d’un brin d’arrogance, considérant que les écologistes constituaient une simple force supplétive à l’heure du sacro-saint « désistement républicain ».

Du coup, que s’est-il passé ? Chez Les Verts, on a désigné Yves Brion. Au PS, pas moins de quatre personnes (dont trois proches de Philippe Lavaud) se sont mis sur les rangs et il fut bien difficile de les départager. Comme souvent quand le PS se perd en consultations internes et querelles de personnes, l’affaire provoqua un tintamarre inutile. Et David Comet, 37 ans, l’attaché parlementaire de Jean-Claude Violle, fut finalement retenu.

2 Comet le socialiste, Cazenave le radical

Parmi les huit candidats en lice, deux font la course en tête. À gauche, Comet a multiplié les efforts pour se faire connaître et sortir de l’ombre tutélaire de son patron. Efficace mais d’un naturel discret, il se dit « volontaire et fidèle, loyal et compétent ». A-t-il trouvé la notoriété tant espérée ? Sur ces documents de campagne, il ne lésine pas sur les soutiens (Boutant, Lavaud, Viollet et Bonnefoy). C’est efficace et ça ne mange pas de pain ! Enfin, face à Samuel Cazenave sur le flanc droit, Comet s’est dit serein : « Il est désormais radical valoisien. À droite, sa légitimité fait débat ! »

Radical, Cazenave l’est effectivement devenu. L’intéressé se réfère à Félix Gaillard, a le soutien de Jean-Louis Borloo, mais se garde bien de la moindre référence à l’UMP, dont fait pourtant partie son parti ! Sur ses documents de campagne, Cazenave a choisi une bonne dose de bleu, du orange et un peu de vert !

L’homme est un habile communiquant et mélange aussi bien les couleurs que les promesses, dont certaines n’ont rien à voir avec les compétences du Conseil général, mais résonnent sans doute à l’oreille des déçus de la politique municipale de Philippe Lavaud.

3 L’autre gauche sur les rangs

À gauche, on trouve donc Yves Brion, que nous avons déjà cité, qui défend l’idée d’une voie et d’une voix alternatives, d’un environnement plus sain, plus sûr, plus solidaire. Ancien conseiller régional, adjoint au maire d’Angoulême chargé de la commande publique, Brion a son franc parler et sa touche d’ironie : « Cazenave convoque la presse locale à la brasserie Lipp à Paris. Moi, je fais bêtement campagne dans le canton. Je ne suis pas raffiné ! » Son défi au premier tour consistera pourtant à doubler Comet (et non Cazenave) ; ou à recueillir au moins 12,5 % des inscrits, condition sine qua non pour prétendre se maintenir au second tour.

À gauche de la gauche, enfin, on se bouscule. Gare à l’émiettement des voix avec les candidatures de l’enseignant, et conseiller municipal, Nicolas Baleynaud (PCF)) pour le Front de gauche, et du retraité de la métallurgie Michel Deboeuf pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA).

4 À droite, qu’elle soit diverse ou nationale

À droite, il faut également compter sur la candidature insolite de l’officier de marine Dominique de Lorgeril, propriétaire du château de La Tranchade à Garat. La fleur au fusil, il brandit son slogan : « Le bons sens pour le bien commun. »

À droite encore, citons encore Alain Chailloux pour le Centre national des indépendants et paysans. Enfin, à droite de la droite, Yseult Goutierre, juriste, habituée de tous les combats contre l’avortement et pour la préférence nationale, porte les couleurs du FN.

Posted in Actualité | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 107 articles | blog Gratuit | Abus?