Connectés

Compteur de visiteurs en temps réel -

Compteur BSBC

Calendrier

mai 2012
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Soirée ouverte à tous samedi 2 juin place F.Louvel à Angoulême à partir de 17H3O

mai 31st, 2012 by bsbc

Vous pouvez nous confirmer votre présence sur l’évent Facebook : http://www.facebook.com/events/343192865749489/

Posted in Actualité | 1 Commentaire »

Mon programme pour les législatives, écoutez moi.

mai 30th, 2012 by bsbc

Posted in Actualité | Réagir »

Eternelle jeunesse, un défi à la frontière du temps.

mai 29th, 2012 by bsbc

L’Université de Pays en Charente, très utilement animée par Monsieur Auguste Templier invite mercredi soir au pôle culturel de Marthon, Monsieur Dominique Argoud, sociologue et spécialiste du vieillissement de la population.

Même en ces périodes électorales, les plus belles et folles promesses de certains hommes politiques n’y changeront rien, pas plus que leur déni habituel de vérité : le « baby boom » de l’après guère générera inéluctablement un « papy boom » de septuagénaires et d’octogénaires en 2015/2025… Pourquoi ne pas vouloir en parler ou regarder l’avenir en face AUTREMENT qu’en proposant de manière inhumaine des solutions radicales comme l’euthanasie, en réclamant illusoirement le droit de mourir dans la dignité ?

Associé à l’heureuse évolution de l’espérance de vie, le vieillissement de la population sera un fait de société sans précédent que nous avons le devoir d’anticiper et de préparer.

Qu’on le veuille ou non, les lois naturelles l’emportent toujours, et malgré les sommes colossales investies aujourd’hui dans les soins de beauté, les années rident la peau, même si elle peut aussi la rendre belle par la maturité et le sourire de ceux et celles qui ont découvert la véritable richesse de la vie : l’amour intérieur.

En analysant ce désir fou de « jeunesse éternelle » qui hante nos contemporains jusqu’à refuser d’accepter la réalité physique, je ne peux m’empêcher de repenser au texte magnifique du Général Mac Arthur (ci-après) soulignant la jeunesse de l’esprit, qui m’a si souvent aidé et soutenu dans les difficultés. Il mérite vraiment d’être relu encore et encore pour trouver le bonheur à chaque événement, moment ou période de la vie.

L’initiative de l’Université de Pays est donc particulièrement opportune en ce temps électoral où les candidats à nos suffrages devraient se presser pour approfondir leurs réflexions et exprimer leurs propres analyse et propositions pour l’avenir.

C’est justement un sujet vraiment transverse et universel qui touche de la même manière tout le monde, quelles que soient les conditions sociales, et qui pourrait alors justifier la recherche d’une cohésion nationale plutôt que d’absurdes divisions et oppositions entre partis politiques.

Voir AUTREMENT la vie politique consiste justement à accepter de confronter ses idées au sein d’une réflexion sincère et réaliste, permettant à chacun d’exprimer ses convictions dans le respect de tous. Socrate disait « je trouve mon bonheur dans le fait d’être contredit » car c’est la seule manière de progresser vraiment, ensemble.

Comme candidat aux élections législatives prônant la cohésion nationale plutôt que les oppositions partisanes, je participerai à cette conférence de l’Université de Pays et invite tous les autres candidats à faire de même en raison de l’importance de ce fait de société déterminant pour l’avenir.

Dans ma profession de foi, de multiples propositions répondent à cette évolution sociétale majeure, comme par exemple la valorisation du bénévolat, car il y a des domaines d’activités, pourtant nécessaires à l’épanouissement humain, mais qui ne seront jamais marchands. Nos ainés, par leurs expériences, leurs capacités d’écoute et d’entraide, peuvent doivent trouver leur place dans notre société et se sentir utiles, aimés et respectés. Ils font pleinement partie d’une communauté humaine dont la finalité devrait être le bonheur partagé plutôt que le profit individuel. C’est possible, encore faut-il le proposer, et oser croire qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

C’est alors que l’on repoussera peu à peu les frontières de la solitude, grande misère de notre temps, et que la réponse à la recherche de dignité au soir de la vie, se trouvera naturellement au travers de la reconnaissance intergénérationnelle de tous les services rendus. La Loi Leonetti suffit aujourd’hui à éviter l’acharnement thérapeutique et à permettre, avec l’aide des soins palliatifs, un accompagnement humain et sans douleur. La prise en charge par la société est impérative en refusant absolument la folle tentation de l’euthanasie qui serait source de discriminations inhumaines sous la pressions d’intérêts de tous ordres (héritage, charges de soins, divorces, assurances vie…).

Le plus important est de rester convaincu que la sagesse des anciens est nécessaire à la construction de notre avenir commun, et que nous avons absolument besoin de leur contribution, en refusant l’esprit actuel de tout juger selon le taux de productivité et le profit.

L’homme n’est pas une machine, mais un « être » de relation, de vie et d’amour, autrement plus épanouissant que tous nos biens matériels qui suscitent pourtant le principal de nos efforts. Recherchons ensemble, le développement d’une société de l’ « être » plutôt que de l’ « avoir ». C’est possible et nous pouvons tous nous y engager.

Cela mérite un débat de société, et je remercie Monsieur Auguste Templier et l’Université de Pays de nous en fournir l’occasion.

Dominique de Lorgeril

<><><>

Texte du Général Mac Arthur délivré à tous les engagés pour le grand combat de la Liberté :

ÊTRE JEUNE

 

La jeunesse n’est pas une période de la vie,

elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,

une qualité de l’imagination, une intensité émotive,

une victoire du courage sur la timidité,

du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

 

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :

on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.

Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs

sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre

et devenir poussière avant la mort.

 

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il demande

comme l’enfant insatiable : Et après ? Il défie les événements

et trouve de la joie au jeu de la vie.

 

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.

Aussi jeune que votre confiance en vous-même.

Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

 

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.

Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages

de la nature, de l’homme et de l’infini.

 

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme

et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

 

D’après Général Mac Arthur 1945

Posted in Actualité | Réagir »

Et si vous osiez choisir…

mai 25th, 2012 by bsbc

mains-ma.jpg

la force de Vie

La Vie Démocratique ;

·        Sortir des partis politiques pour construire tous ensemble une société plus juste et solidaire ;

·        Imposer le respect d’une justice ferme et bienveillante, réellement au service des citoyens ;

·        Instaurer le référendum d’initiative populaire ;

·        Eviter la professionnalisation des élus par une juste reconnaissance de leur engagement et par le non cumul des mandats ;

La Vie Sociale et Solidaire :

·        Refixer les exigences scolaires et universitaires nécessaires à la confiance en soi, à la réussite et au respect des élèves comme des enseignants ;

·        Valoriser le bénévolat et encourager le volontariat au service civique ;

·        Favoriser le développement de lieux d’accueil et de convivialité pour les personnes seules, handicapées ou en difficulté (auto-école et insertion professionnelle adaptées) ;

·        Soutenir l’attractivité et l’installation de médecins généralistes pour préserver la médecine de proximité et l’efficacité de l’hôpital public ;

·        Veiller au maintien des retraites en respectant la participation et l’effort de chacun ;

La Vie Economique : 

·        Remettre l’Economie au service de l’Homme, et l’Homme au cœur de la Société ;

·        Redonner la valeur et la reconnaissance du travail comme un enjeu essentiel d’épanouissement ;

·        Encourager un nécessaire et juste équilibre entre les hauts et bas salaires ;

·        Responsabiliser, soutenir et encourager l’accès à l’emploi par des structures d’accompagnement personnalisé (associations, bénévolat, chèque formation emploi);

·        Protéger les productions régionales, françaises et européennes, en imposant une reconnaissance des valeurs sociales et environnementales des produits, marchandises et services ;

·        Anticiper la mise en service de la LGV par un plan de développement économique, territorial et culturel, avec une redéfinition du schéma de desserte routière.

 

La Vie Familiale et Naturelle :

·        Préserver l’autonomie et la dignité humaine tout au long de la vie, en encourageant les solidarités familiales et sociales ;

·        Répondre à une véritable recherche de sens par la mise en valeur de notre patrimoine culturel et rural.

·        Protéger la vie, les ressources et l’environnement de notre planète, en suscitant concrètement les gestes responsables et engagés :

L’identité et la fierté nationale :

·        Générer la nécessaire intégration de tous les citoyens au sein de la collectivité nationale ;

·        Construire une Europe de projets fondée sur la coopération, l’ouverture éducative et culturelle ;

·        Se souvenir de l’histoire et de la vocation de la France à agir dans le monde ;

·        Préserver l’efficacité et l’indépendance des forces armées françaises, et valoriser la participation des militaires à la vie de la nation ;

Cette “profession de foi”, selon le terme consacré dans ce domaine, a nécessité un très important travail d’écoute, d’échange et de rédaction avec tous ceux qui ont bien voulu y contribuer.

Là encore, l’indépendance vis à vis de tous partis politiques est vraiment essentielle car c’est pour moi la première responsabilité de l’élu que de savoir ce qu’il veut défendre de fondamental. Malheureusement trop nombreux sont ceux qui se limitent à endosser les messages d’un parti dans le seul but de préserver leur investiture, qu’ils arrivent parfois à considérer comme un “emploi”…

Vive la liberté, vive la France.

Posted in Actualité | Réagir »

De droite ou de gauche ?… AUTRE !

mai 22nd, 2012 by bsbc

gauche-droite-coeur.jpg

Comme un beau symbole, c’est avec Laetitia Liagre-Drinkwater, suppléante particulièrement engagée et enthousiaste, que j’ai déposé ma candidature pour les élections législatives à la Préfecture d’Angoulême, restée ouverte pour cela le jour de l’Ascension.

Il faut savoir que le Préfet a la responsabilité de positionner chaque candidature sur un nuancier politique allant de l’extrême gauche à l’extrême droite selon 16 nuances différentes associées aux mouvements, courants ou partis politiques.

Malgré mes multiples engagements toujours humanistes et sociaux, qui ont parfois surpris ceux qui voudraient pouvoir « étiqueter » de manière superficielle et automatique les personnes en raison de leur métier, connaissances, lieu de résidence ou même de leur nom…, il m’a semblé nécessaire de m’assurer que la nuance qui me serait attribuée soit juste et respectueuse de mon engagement.

En effet, depuis 29 ans que je suis engagé dans la marine nationale, la Loi (n° 2005-270 du 24 mars 2005) m’interdit d’adhérer à un parti politique. Cette neutralité obligatoire justifiait donc parfaitement la mention « AUTRE », 9ième du nuancier politique (courants divers et catégoriels) qui couvre bien la contrainte catégorielle de la neutralité politique des militaires.

Par ailleurs, un militaire acceptant un mandat électoral se verrait retirer son emploi et sa rémunération par une mise en détachement d’office. Ces deux contraintes juridiques sont naturellement très préjudiciables à la présence dans des fonctions électives de militaires, comme cela peut effectivement se constater partout. Cette marginalité catégorielle imposée par la LOI, s’oppose au principe, pourtant garanti par la constitution, d’égal accès aux fonctions électives à tous les citoyens. 

Si cette indépendance obligatoire vis-à-vis de tous partis politiques est d’un côté une faiblesse, elle peut permettre à l’inverse d’être un exemple de dépassement du clivage droite/gauche, ce qui confirme aussi la justification de la mention AUTRE, plutôt que toute autre mention partisane.

Après avoir pris en compte ces divers arguments, ainsi que mon positionnement politique lié aux messages portés, Madame la Préfète de Charente a décidé d’attribuer à ma candidature la mention « AUTRE » du nuancier politique.

Bien que hors de tous partis, je ne suis donc pas « sans étiquette » mais « AUTRE » selon la mention du nuancier politique attribuée par la préfecture.

Même si les partis sont pour moi indispensables pour élaborer et diffuser des réflexions et propositions politiques à l’usage des candidats, ils ne doivent pour autant pas devenir des organes de formatage de la pensée, soumettant certains élus à se résigner à fuir toute réflexion libre et indépendante pour préserver leur mandat.

L’attribution de la mention « AUTRE » montre que l’on peut se situer hors des partis politiques, et proposer une vision de la société dynamique et ouverte de manière responsable à tous les courants d’idées.

Cette indépendance est un vrai gage de liberté de parole et de pensée. Une des contraintes est bien sûr l’indépendance financière (qui m’oblige par exemple à grandement limiter mes frais de campagne), mais la Liberté a toujours un prix, et il faut nécessairement savoir et vouloir s’en acquitter.

C’est même pour moi indispensable, pour voir la politique et la vie AUTREMENT.

Dominique de Lorgeril

Voir également un post plus ancien sur le sujet : http://bsbc.blogvie.com/2011/02/19/de-droite-ou-de-gauche/

Posted in Actualité | 2 Commentaires »

Je vous donne rendez-vous le 19 mai à la Librairie Chapitre à partir de 15H30 pour la dédicace de mon livre, “Oser la Vie…, c’est choisir la liberté”.

mai 16th, 2012 by bsbc

couv-dominique.jpg

Posted in Actualité | 1 Commentaire »

Article de La Charente Libre par Gerard Mathé ( correspondant à Champniers)

mai 8th, 2012 by bsbc

Dominique de Lorgeril à la rencontre de ses lecteurs

champniers,cultura,dédicace,de lorgeril

Dominique de Lorgeril, candidat indépendant aux prochaines législatives sur la première circonscription, a dédicacé samedi son livre “Oser la vie …, c’est choisir la liberté” au magasin Cultura de Champniers.

Un livre en forme de profession de foi, où le capitaine de vaisseau, détaché de ses fonctions de porte-parole de la Marine Nationale, le temps de la campagne, explique son engagement social, personnel, militaire et politique. Au travers de ses expériences personnelles et professionnelles, il justifie son désir de “se mettre au service des autres pour construire une société où l’homme serait au cœur, où le bonheur ne se mesurerait pas à “l’avoir”, mais bien davantage à “l’être”.
Celui qui a réussi à franchir la barre des 5% aux dernières cantonales lance ainsi un credo à la vie et à la liberté, en citant en exergue Albert Einstein : “Le bonheur est la seule chose qui se double, si on le partage”.

“Oser la vie …, c’est choisir la liberté”, en librairie et sur http://bsbc.blogvie.com/. 12 €

Posted in Actualité | Réagir »

JJ, pour la Justice et la Jeunesse.

mai 7th, 2012 by bsbc

  rideau_1__240520111747121.jpg

La France s’est légitimement choisi un nouveau Président de la République, qui suscite naturellement de nombreuses espérances et aspirations au changement. Nous pourrions nous en réjouir tant l’espérance est nécessaire à notre épanouissement, et le seul risque serait qu’un manque de sincérité puisse la décevoir.

Après une campagne qui s’est bien malheureusement concentrée sur des oppositions sectaires, farouches et stériles, sans aborder les vrais problèmes qui menacent aujourd’hui la pérennité de notre pays par le déclin de sa capacité à produire et à répartir de manière juste les richesses.

La justice et l’avenir de la jeunesse sont bien les grands enjeux à relever tous ensemble.

Nous avons pu apprécier dès l’annonce des résultats la dignité de chacun à rappeler l’importance de la charge du Président de la République, engagé au service exclusif de la nation française et des français. On voudrait tant y croire.

François Hollande s’est posé en « rassembleur » de tous ceux qui voudront œuvrer pour la Justice et pour la Jeunesse, qu’il annonce comme les deux principaux critères de jugement de son action.

La Loi doit justement et librement être mise être au service de la Justice, humaine, sociale, économique… et non limitée à l’application de normes dictées par les intérêts particuliers des lobbies les plus forts.

Le rôle du parlement sera ainsi essentiel à la future capacité du Président de la République à tenir cet engagement. Il devra pouvoir s’appuyer sur des assemblées ouvertes, libres des lobbies de tous ordres, rassemblées et engagées à soutenir une politique véritablement juste, destinée à construire l’avenir de notre jeunesse.

La France a en effet bien besoin de sortir de ce clivage dérisoire et stérile d’une opposition droite/gauche qui n’a plus de sens au regard des enjeux majeurs engageants notre liberté nationale dans une soumission aux dures règles de l’or, comme seul roi du monde.

C’est dans cette espérance de liberté et de justice, que j’inscris mon engagement citoyen, afin de me mettre au service de cette noble cause, en refusant tout esprit sectaire ou partisan. Je ne doute pas que chacun, là où il se trouve, peut y contribuer de manière utile et sincère.

Pour ma part, les engagements que je prendrai au cours de cette campagne législatives ne le seront qu’à cette fin, en m’en remettant humblement au jugement et à la confiance de nos concitoyens.

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité » rappelait comme clé du bonheur Antoine de Saint Exupéry dans Terre des Hommes.

 

Posted in Actualité | Réagir »

Je vous donne rendez-vous demain samedi chez Cultura à Champniers pour la dédicace de mon livre à partir de 14h!

mai 4th, 2012 by bsbc

Posted in Actualité | Réagir »

1er mai, fête du travail et de saint Joseph travailleur.

mai 1st, 2012 by bsbc

1ermai_12410758591.gif

Ce premier jour du mois de mai, dont le proverbe appelle à faire « ce qu’il nous plait », est le jour consacré par tous à la valeur du travail, en suscitant même de nombreuses et très plurielles manifestations populaires se disputant antériorité et légitimité…

On ne peut alors que se réjouir de cet engouement à fêter le travail de manière plus ou moins profane ou politique, car le travail est très certainement un élément essentiel à la vie en société.

En effet, le travail est nécessaire à l’épanouissement de l’Homme qui a besoin de reconnaissance pour ce qu’il est et pour ce qu’il fait, comme le rappelle si bien Antoine de Saint Exupéry dans Terre des Hommes : “La grandeur d’un métier est peut-être avant tout, d’unir les Hommes (…); En travaillant pour les seuls biens matériels, nous bâtissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre.”

Un des drames de notre société est qu’aujourd’hui, les entreprises ne sont exclusivement tournées que vers le profit comme le souligne Pierre Deschamps dans son article publié le 30 mars dans Entreprise & Croissance : « On peut, pour simplifier, ramener la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE)  à deux finalités : la finalité financière et la finalité humaine, laquelle regroupe la dimension sociale, qui vise l’homme d’aujourd’hui, et la dimension environnementale, qui vise l’homme de demain. Or, la finalité financière ne concerne qu’une minorité de personnes, les actionnaires et les dirigeants, qui peuvent être tentés d’utiliser les autres parties prenantes pour servir leurs intérêts. A l’inverse de la finalité financière, la finalité humaine, elle, s’applique au plus grand nombre : les salariés, les clients, la collectivité. Dès lors, la question décisive est de déterminer la hiérarchie de ces deux finalités. La réponse actuelle de beaucoup de dirigeants est d’affirmer que la finalité financière est au premier rang. Ils suivent en cela leur maître à penser, Milton Friedman, avec sa fameuse formule lancée en 1970 : « la responsabilité sociale de l’entreprise est d’accroître ses profits ». Or, la finalité d’une entreprise réside d’abord dans son projet et le profit doit être positionné, non comme un objectif, mais comme un indicateur de la solidité de l’entreprise, comme un levier au service du projet, comme une source de progrès futurs et comme une occasion de récompenser l’ensemble des acteurs ayant contribué aux résultats. » (propos publiés dans la rubrique Economie du site www.collectifpourlaconfiance.com ).

Cette analyse suffit à expliquer le mépris actuel de la valeur du travail et par là de la dignité humaine. La principale solution proposée à l’essor recherché de compétitivité de nos entreprises, est l’abaissement du coût du travail au travers du leurre d’une harmonisation mondiale, qui n’aboutira naturellement qu’à un nivellement par le bas…

Ne rêvons pas à un changement de priorité, quand l’un et l’autre des grands partis sont contraints de se soumettre aux diktats de ceux qui les financent. Le peuple ne pourra reprendre son pouvoir que s’il s’en affranchi. La liberté est nécessaire, mais elle est toujours difficile à retrouver dès lors que les gouvernants ont abdiqués et ont acceptés de se soumettre à des impératifs financiers supranationaux. Et pourtant, il faudra bien briser cette dynamique suicidaire, en redonnant au travail et par là à la dignité humaine, la valeur essentielle qu’elle doit revêtir au sein d’une société fondée sur une réelle volonté de « vivre ensemble ».

C’est bien ce à quoi répond la notion de bien commun, qui est différente de celle de l’« intérêt général » d’un groupe ou d’une communauté, en ce que le bien commun cherche à concilier aussi les intérêts individuels de chacun.

Par exemple aujourd’hui, on nous dit que l’intérêt de la France est de faire des économies : pour y arriver plus rapidement, on devrait alors diminuer ou supprimer toutes les allocations sociales (RSA, indemnités de chômage, allocations aux familles, aux personnes handicapées..). Le fait de ne considérer que l’intérêt d’une entité globale, pourrait faire accepter le sacrifice nécessaire de certains membres du groupe, d’ordinaire les plus faibles, pour la survie des autres.

Or aujourd’hui de fait, certains sont laissés au bord du chemin, et n’imaginent même plus pouvoir avoir accès au travail, sans même parler de la scandaleuse précarité du travail des jeunes, qui n’est pas protégé par le droit du travail.

C’est donc réellement un changement radical de priorité qui est nécessaire, afin de remettre l’épanouissement de l’Homme au cœur d’un vrai projet sociétal, en s’affranchissant de l’actuelle soumission à la toute puissance de l’argent.

Il faudra des années, mais c’est la seule voie possible. Il faut donc la porter avec détermination et confiance. Je m’y emploierai avec la plus grande énergie.

Comme quoi, même un langage de vérité peut susciter l’engagement et la confiance !

 

Posted in Actualité | 2 Commentaires »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 103 articles | blog Gratuit | Abus?