Connectés

Compteur de visiteurs en temps réel -

Compteur BSBC

Calendrier

avril 2016
L Ma Me J V S D
« fév   juin »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

1er mai, crainte ou espérance d’un monde nouveau ?

avril 30th, 2016 by bsbc

bateau-euro.jpg

De nombreux économistes mettent en exergue au travers de leurs analyses plusieurs causes et signes préalables à un possible et très probable krach financier, qui serait de bien plus grande ampleur encore qu’en 2008 :

-          L’essoufflement de l’économie chinoise a justifié la dévaluation du yuan, qui serait certainement plus sérieux qu’annoncé quand on sait la faible confiance à accorder aux statistiques officielles chinoises, d’autant que la volonté de suprématie régionale et mondiale de la Chine justifie des investissements capitalistiques et de défense considérables.

-          Les bas cours du pétrole vont remettre en cause s’ils sont durables les équilibres financiers des investissements colossaux réalisés aux États-Unis pour la recherche et la production des gaz de schistes, pouvant créer des faillites en chaîne et l’éclatement de cette bulle d’investissements aujourd’hui déstabilisée.

-          Malgré les enseignements déjà oubliés de la crise des subprimes, la folie des mathématiques financières continuent de construire des montages financiers hors de toute réalité économique, dans le seul but de nourrir l’ « ogre financier » jamais rassasié. Les leçons de la crise n’ont pas été tirées et le jeu financier, véritable veau d’or contemporain, continue de régner en maître, avec le profit et l’argent comme seules finalités.

-          L’abandon des dettes de la Grèce n’a rien réglé des divergences croissantes entre les diverses économies européennes, qui ne peuvent se fondre dans le diktat d’une monnaie unique et d’une volonté fédéraliste imposées par l’Allemagne.

-          Quel qu’en soit le résultat, l’éventualité du brexit britannique du 23 juin prochain peut induire une profonde crise de confiance au sein de l’Europe pouvant générer une déstabilisation profonde.

-          Le développement du terrorisme qui va justifier des dépenses de sécurisation des populations toujours plus fortes.

-          Le déplacement massif et non maîtrisé de migrants va générer un repli sur soi et le refus progressif de toute coopération opérative et financière.

-          Bien d’autres causes encore d’un monde instable et désuni.

Bien sûr, le discours officiel reste le matraquage de la pensée dogmatique qui s’époumone à dire que « tout va mieux » malgré la réalité évidente des difficultés croissantes de la vie quotidienne des français. Faut-il que nous soyons vraiment pris pour des imbéciles pour continuer à nous faire croire que c’est avec plus de contraintes européennes que l’on résoudra les conséquences désastreuses du dogmatisme technocratique européen.

La vraie Europe est celle des grands projets et de la liberté des peuples et des nations à décider de leur avenir, et non celle des marchands, des normes et des contraintes qui nous est imposée.

Il n’y a malheureusement rien de nouveau dans cette sinistre machination qui a peu à peu dévoyé le grand projet européen de l’après-guerre.

Osons nous souvenir du discours prémonitoire de Philippe Séguin à l’Assemblée Nationale en 1992 lors du traité de Maastricht :

“Voilà trente-cinq ans que toute une oligarchie d’experts, de juges, de fonctionnaires, de gouvernants prend, au nom des peuples, sans en avoir reçu mandat des décisions dont une formidable conspiration du silence dissimule les enjeux et minimise les conséquences. (…)

Quand, du fait de l’application des accords de Maastricht, notamment en ce qui concerne la monnaie unique, le coût de la dénonciation sera devenu exorbitant, le piège sera refermé et, demain, aucune majorité parlementaire, quelles que soient les circonstances, ne pourra raisonnablement revenir sur ce qui aura été fait. (…)

Il est temps de dire que bâtir l’Europe des Douze sur la peur obsessionnelle de la puissance de l’Allemagne est tout de même une bien étrange démarche, proche de la paranoïa. D’autant qu’à force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l’Europe allemande plutôt que de ne pas faire l’Europe du tout, ce qui serait un comble.”

Oui une crise bien plus sévère encore est très certainement devant nous, mais ce n’est souvent qu’en devant surmonter les crises les plus graves que de vraies décisions et de vrais changements peuvent se faire. Aussi, il ne faut pas toujours s’en inquiéter, mais plutôt s’y préparer et réfléchir aux solutions utiles à la renaissance qui suit.

Telle la belle légende du Colibri qui tâche d’apporter quelques gouttes d’eau pour participer à sauver la jungle en feu, concentrons-nous sur tout ce que chacun peut faire à son niveau pour anticiper et préparer l’avenir.

Les développements de belles initiatives d’économie locale, comme la vente directe de produits agricoles, l’essor du troc et des monnaies locales ou l’économie participative seront de nature à recréer des liens humains nécessaires au redressement d’une société plus humaine et conviviale.

Liberté et confiance seront comme toujours les deux impératifs du monde nouveau. La France peut apporter beaucoup à sa construction selon sa vocation de lumière du monde.




Posted in Actualité |



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 107 articles | blog Gratuit | Abus?